Les contrats de la musiques

Introduction

Comprendre les contrats de la musique c’est compliqué quand on se lance, mais pour faire simple il y a 4 grandes familles : Le contrat d’artiste, le contrat de licence, le contrat de distribution et le contrat d’édition. ces 4 catégories sont expliquées par la suite.

  • Le contrat d’artiste

Le contrat d’artiste lie l’artiste à son producteur. C’est généralement ce que les maisons de disques ou les labels proposent. Ils prennent en charge la production, la fabrication, la promotion et la distribution. L’artiste interprète est rémunéré sous forme de royalties (entre 5 et 10%) calculées sur les ventes de disques et les différents revenus tirés de l’exploitation des enregistrements. Le producteur reste propriétaire des bandes.

  • Le contrat de licence

Le contrat de licence lie un producteur à un éditeur ou un distributeur. Ceux-ci financent la fabrication, la promotion et la distribution sur une période déterminée. Le producteur finance, bien sûr, la production et rémunère les artistes. Il perçoit entre 20 et 25 % de royalties sur les ventes.

  • Le contrat de distribution

Le contrat de distribution lie le producteur à une société de distribution. Celle-ci se charge de la mise en place des disques en magasin moyennant une commission d’environ 40%. La rémunération de l’artiste et la promotion sont à la charge du producteur.

Distribution numérique : avec la hausse des ventes de musique dématérialisée, on peut également parler de contrat de distribution numérique. On traite, en tant que label, directement avec une plateforme de téléchargement (qui prend environ 35% des ventes). Un artiste indépendant n’y aura pas directement accès et devra passer par un agrégateur qui se charge de proposer vos titres à un distributeur numérique (il prend généralement 10% à 20 % des revenus).

  • Le contrat d’édition

Le contrat d’édition lie l’auteur/compositeur à un éditeur. Les éditeurs ont pour fonction de faire « travailler » les œuvres : recherche d’un interprète, d’un contrat, placement compilations, synchro… Leurs sources de revenus sont les droits d’auteurs que leur cèdent les auteurs/compositeurs à hauteur de 50% et qui leur sont reversés par la SACEM.

Il peut exister des interactions entre ces différents types de contrats. Si par exemple vous signez un contrat d’artiste avec un label, celui-ci aura sûrement de son côté signé un contrat de distribution ou de licence. Sachez enfin que tout contrat est négociable, il n’existe donc pas de réel contrat type.

Vous pouvez en savoir plus en lisant l’article : Les métiers de la musique

Cette partie de l’article est extraite de la page de d1m

  • Quelques livres et liens pour en savoir plus :

  • Quelques exemples de contrats du site http://www.unesco.org/
Télécharger les exemples de contrats de la musique

Pratiques et usages des contrats de la musique et dans le spectacle vivant (pdf à télécharger)

Bonne lecture !

A très bientôt

Nicolas (Musictips)